Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 13:33

Dès l'apparition des premiers signes d'épuisement professionnel, l'employeur doit prendre immédiatement des mesures pour réduire les sources de stress.

Introduction

Lorsque l'employeur ou le manager constate qu'un de ses salariés se trouve dans une situation d'épuisement professionnel, il doit lui apporter toute l'aide dont il a besoin, et principalement lui permettre de se reposer physiquement et psychologiquement.

Identification des signes de l'épuisement professionnel

Le stress au travail est un phénomène qui ne touche pas seulement les cadres ou certaines professions. Si certaines, bien sûr, sont plus exposées que d'autres (ingénieurs, commerciaux, etc.) en raison de la charge de travail et des responsabilités qui sont associées au poste, de plus en plus de personnes se trouvent concernées, notamment en raison de l'optimisation de la masse salariale recherchée par de nombreuses entreprises.

Pour le monde médical, en plus des signes habituels du stress (fatigue, suées, nausées, diarrhée, troubles du sommeil, etc.), les premiers signes réversibles du burn-out sont les suivants, ensemble ou séparément :

  • troubles de la digestion et de l'appétit,
  • troubles réguliers du sommeil,
  • troubles de la sudation (suées, mains moites, mauvaises odeurs),
  • arythmies cardiaques,
  • consommation excessive de café, tabac, alcool, médicaments, etc.,
  • émotivité exacerbée.

En principe, une période de repos (utilisation des congés payés) et un allègement de la masse habituelle de travail à son retour, permettent à la personne de se sentir mieux et repartir du "bon pied".

Les caractéristiques du burn-out

Lorsqu'un employeur ou manager repère la compilation de plusieurs de ces signes chez un collaborateur dont la charge de travail est importante, il doit rapidement prendre des mesures pour diminuer le stress psychologique et physique de cet employé.

En l'absence de mesures préventives du burn-out, celui-ci peut se manifester par des signes difficilement réversibles, à savoir :

  • une fatigue excessive malgré un repos ou des congés de plusieurs jours, alors que la personne est habituellement très active = cela conduit à une perte brutale de la productivité ;
  • le fait d'éprouver des difficultés physiques dans les gestes du quotidien (monter les escaliers, porter son ordinateur portable, etc.) = épuisement physique et perte de dynamisme ;
  • le besoin de faire des siestes régulièrement = perte de productivité ;
  • la perte d'appétit = accroissement de la fatigue, hypotension, vertiges ;
  • la consommation accrue de stimulants comme le café, le tabac, l'alcool, les boissons énergisantes et parfois aussi les médicaments = problèmes cardiaques ;
  • la perte d'énergie psychologique et de la motivation = dévalorisation de soi ;
  • des sentiments exacerbés = risque de suicide, de remise en cause de la structure familiale ;
  • la perte d'identité = la personne n'agit que par automatisme (de type robot).

Comment aider le salarié à sortir d'un burn-out ?

Tout d'abord, l'employeur ou le supérieur doit :

  • arrêter immédiatement de lui faire des reproches, si tel était le cas ;
  • réduire immédiatement sa charge de travail et réorganiser les tâches (avec un éventuel recrutement ou le recours à la sous-traitance) ;
  • lui accorder immédiatement des congés-payés (généralement la personne n'a pas épuisé ses droits) ;
  • lui proposer un soutien psychologique, immédiatement, et/ou à son retour ;
  • veiller à ce que son retour se passe dans de bonnes conditions, afin de prévenir une rechute.

En principe, la personne souffrant d'un burn-out bénéficie à la fois d'un repos, d'un traitement médical et d'une psychothérapie.

En aucun cas, les absences prolongées et répétées perturbant l'organisation et le bon fonctionnement de l'entreprise ne peuvent être invoqués à l'appui d'un licenciement, prononcé par l'employeur. Cette mesure serait à la fois discriminatoire et sans cause réelle et sérieuse pour manquement de l'employeur à son obligation de sécurité.

En effet, la Cour de cassation a admis le 13 mars 2013, que "lorsque l'absence prolongée du salarié pour cause de maladie résulte d'un manquement de l'employeur à l'obligation de sécurité de résultat, ses conséquences sur le fonctionnement de l'entreprise ne peuvent être invoquées pour justifier un licenciement".

© 2013 Net-iris

Vous trouverez aussi un autre article du site www.net-iris.fr très intéressant sur les procédures de licenciement liées aux absences suite à un burn out.

Liens intranet utiles

Etudes Karasek (Sumer 2003) et MBI (Burn out)

Risques spécifiques rencontrés par les télétravailleurs et solutions à envisager

Etre malade du travail

Les enseignants en situation de Burn out !

Burn out : quels sont vos droits ?

6 signaux du burn out

Partager cet article

Repost 0
Published by sante-securite.over-blog.com - dans Les RPS
commenter cet article

commentaires