Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 17:16

Les 7 500 infirmières scolaires dépendent du ministère de l'Éducation nationale. Leurs rôles, éducatif, d’écoute et de soins, en font des acteurs incontournables de santé scolaire. Un rapport récent de la Cour des comptes sous-évalue leur rôle. Béatrice Gaultier, Secrétaire générale du syndicat SNICS-FSU, réagit.

Comment se répartissent géographiquement les infirmières scolaires ? Les infirmières conseillères de santé de l’éducation nationale sont affectées dans un établissement du second degré, à temps plein ou en poste mixte soient 8 000 collèges et lycées. Elles ont aussi une mission de suivi des élèves de 55 000 écoles primaires. Nous concentrons le cœur de notre activité dans les collèges et lycées. Aujourd’hui les zones rurales peinent à recruter en particulier en internat.

En quoi le rapport diffusé en octobre 2011 sur la santé scolaire a-t-il fait réagir les infirmières scolaires ? Nous ne nous inscrivons pas dans une médecine scolaire, un binôme médecin/infirmière, dans laquelle ce rapport veut nous cantonner, mais dans un accompagnement global à la réussite scolaire à partir des besoins et des demandes qui émanent des élèves. Par ailleurs, nous déplorons que les statistiques et données collectées tous les jours par les infirmières ne soient pas regroupées et analysées par la DGESCO (Direction générale de l’enseignement scolaire), alors qu’annuellement nous comptons 15 millions de passages dans nos infirmeries.

Quelles devraient être les articulations ARH/infirmières scolaires sur les thèmes de promotion de la santé ? L’accueil, l’écoute et le soin sont la base de nos missions. L’infirmière scolaire n’est pas une actrice de santé publique de première intention. Elle s’intègre, comme ses collègues enseignants, à l’équipe pédagogique. Elle est à l’écoute des demandes des élèves mais également de l’équipe enseignante ; elle a des réunions de concertation et organise des partenariats avec certains professeurs. Elle peut aussi mettre en place des séances d’éducation à la santé et à la sexualité, seule ou en partenariat avec des associations comme le planning familial.

Comment s’organisent la promotion et l’éducation de la santé en milieu scolaire rural ? Les jeunes nous font confiance, ils nous connaissent et nous faisons notre possible pour les aider en respectant le secret professionnel, encadré par le code pénal. Notre rôle en milieu rural est particulièrement important pour faciliter l’accès aux soins, notamment à la contraception, tout en respectant la confidentialité.

Article de "La lettre Santé" écrit par Astrid Charlery

Cet article est à mettre en relation avec Santé scolaire : le péril jeune

Partager cet article

Repost 0
Published by sante-securite.over-blog.com - dans Prévention des risques
commenter cet article

commentaires