Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 08:28

Une délégation de l’Association des petites villes de France (APVF), conduite par son président (PS) Martin Malvy, a été reçue lundi 5 novembre 2012 par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé.
L’offre de soins de proximité et le devenir des petites structures hospitalières ont été au centre de l’entretien.

Prenant acte des déclarations d’intention du gouvernement, les élus des petites villes demandent à la ministre de recadrer son administration : l’APVF veut qu’« un message d’engagement clair » soit adressé aux agences régionales de santé (ARS)
Avec pour consignes de « mieux prendre en compte les réalités territoriales et les disparités géographiques, et de favoriser, partout où cela s’avère nécessaire, de véritables coopérations et mises en complémentarité sans que cela se traduise par de nouvelles fermetures ou disparitions de petites structures ».

Lure : la descente aux enfers ? Eric Houlley, maire socialiste de Lure, petite ville de Haute-Saône (agglo d’environ 11 000 hab.), était membre de la délégation de l’APVF.

Le cas de son hôpital est exemplaire d’une mécanique qu’il juge totalement « désastreuse » : « On atrophie les services puis on les ferme ». En 20 ans, l’hôpital, regroupé en 2002 avec Vesoul et Luxeuil-les-Bains dans le centre hospitalier intercommunal (CHI) de Haute-Saône, aura perdu sa maternité, sa chirurgie, ses soins intensifs…
Ses urgences ont été remplacées, en 2003, par une unité de soins non programmés, ouverte de 8 h du matin à minuit - 9 000 consultations en 2011.

« On vient tout juste de nous dépouiller de notre service de biologie, s’indigne le maire : l’ARS ne va pas tarder à nous expliquer que notre unité n’est plus performante à cause des délais des analyses envoyées à Vesoul, et risque de décider de la fermer de 20 h à minuit, puis définitivement… »
En contradiction avec la volonté présidentielle d’urgences à moins de 30 minutes, souligne l’élu qui demande un « infléchissement beaucoup plus vigoureux » de l’actuelle politique de santé publique.

Il faut dire qu’une tout récente étude de la Drees désigne, par ailleurs, la Haute-Saône comme l’un des huit départements à problème en ce qui concerne les maternités.
Il n’y existe plus qu’une seule maternité et le temps d’accès est de 32 minutes contre 17 en moyenne nationale.

Et Lure est guetté par la désertification médicale – médecins libéraux vieillissants – dans un contexte de recul des services publics aux allures de descente aux enfers, à lire la description que vient d’en faire Eric Nunès du Monde.

La « triple alliance » de Chinon - Yves Dauge, maire-adjoint socialiste de Chinon (Indre-et-Loire) était aussi de la délégation de l’APVF, avec, sous le bras, le dossier de « son » centre hospitalier du Chinonais que Marisol Touraine, ancienne députée d’Indre-et-Loire, connaît bien.

L’ancien maire, toujours président du conseil de surveillance de l’établissement, le veut exemplaire de ce que l’on peut réussir à faire d’un « hôpital de taille moyenne, fragile, tenaillé par l’angoisse de perdre ses services un à un ».

Au prix de 15 ans d’efforts, une « triple alliance » sur la construction d’un véritable projet commun a été réalisée avec le CHU de Tours, la clinique chirurgicale privée Jeanne d’Arc (installée dans les murs du centre hospitalier) et les médecins généraliste de cette ville de 10 000 habitants (mais un bassin de vie de 70 000 hab.), le tout sous la houlette de l’ancienne agence régionale de l’hospitalisation (ARH devenue ARS) d’Orléans.
Un modèle qu’Yves Dauge juge tout à fait reproductible. La balle est lancée dans le camp des ARS que l’élu espère « pas retranché »…

Marisol Touraine demande des moratoires - Marisol Touraine a rappelé à l’APVF qu’elle avait demandé aux ARS des moratoires « pour mettre fin à la disparition hâtive de certains services hospitaliers ».

La ministre a insisté sur les vertus de la mutualisation, de la mise en réseau des sites hospitaliers, notamment dans les départements à dominante rurale, tout en estimant que les regroupements d’activités, nécessaires pour des raisons d’efficacité et de sécurité, ne devaient pas toujours se faire au profit du seul site central.

Elle a confirmé aussi qu’un état des lieux des services d’urgence était en cours pour permettre de tenir l’engagement de François Hollande d’accessibilité à moins de 30 minutes dans toute la France.
Elle a également admis que la destruction des hôpitaux de proximité était un facteur d’affaiblissement de la médecine de ville.

Nouveau livre blanc - De son côté, rappelant le souhait de l’APVF que soient consolidées et modernisées les petites structures, Martin Malvy a annoncé pour la fin de cette année la publication d’un nouveau Livre blanc visant à présenter les propositions de l’association sur cette question.

Source : www.lagazettedescommunes.com

Partager cet article

Repost 0
Published by sante-securite.over-blog.com - dans CARSAT et ARS
commenter cet article

commentaires