Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 11:21

En application du 2° de l’article 21 du Code de procédure pénale, les agents de police municipale ont la qualité d’agents de police judiciaire adjoints. Ils ne peuvent procéder à des contrôles d’identité, mais ont la faculté de relever les identités dans les cas prévus par la loi.

En effet, l’article 78-6 du même code, créé par la loi n° 99-291 du 15 avril 1999 relative aux polices municipales, prévoit qu’ils sont habilités à relever l’identité des contrevenants pour dresser les procès-verbaux concernant :

  • des contraventions aux arrêtés de police du maire ;
  • des contraventions au Code de la route que la loi et les règlements les autorisent à verbaliser ;
  • des contraventions qu’ils peuvent constater en vertu d’une disposition législative expresse.

Si le contrevenant refuse ou se trouve dans l’impossibilité de justifier de son identité, l’agent de police municipale en rend compte immédiatement à tout officier de police judiciaire de la police nationale ou de la gendarmerie nationale territorialement compétent, qui peut alors lui ordonner sans délai de lui présenter sur-le-champ le contrevenant. A défaut de cet ordre, l’agent de police municipale ne peut retenir le contrevenant.

L’étendue des prérogatives des agents de police municipale en matière de recueil d’identité est donc strictement encadrée et limitée aux hypothèses où une ou plusieurs infractions pour lesquelles lesdits agents sont compétents est constatée.

De manière plus générale, il importe de rappeler que, en cas de crime ou de délit flagrant puni d’une peine d’emprisonnement, les agents de police municipale peuvent, comme toute personne, appréhender par la force l’auteur d’un crime ou d’un délit flagrant, pour le conduire devant l’officier de police judiciaire le plus proche, en application de l’article 73 du Code de procédure pénale.

En revanche, dans le cadre d’une enquête préliminaire, ils ne disposent d’aucun pouvoir coercitif : en application de l’article 21-2 du Code de procédure pénale, ils doivent rendre compte sans délai à l’officier de police judiciaire territorialement compétent de la commission d’une infraction pénale.

Lire la question écrite du député des Pyrénées orientales, Jacques Cresta (socialiste, républicain et citoyen).

Source : www.lagazettedescommunes.com du 17 octobre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by sante-securite.over-blog.com - dans Textes officiels
commenter cet article

commentaires