Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 09:38

«Affligeant», «honteux», «irréaliste»… Le reportage de l’émission de M6 “Enquête exclusive” sur les polices municipales, diffusé dimanche 20 janvier, qui décrit la grande hétérogénéité de leurs missions en s’appuyant sur les services d’Amiens, Toulouse, Nice ou encore Miramas, n’en finit pas de susciter la polémique. En ligne de mire : un passage où une policière municipale d’Amiens n’intervient pas alors qu’une personne est en train de foncer sur un bâtiment avec une voiture volée. Elle ne dit également rien lorsqu’un jeune homme allume un «joint» devant elle, assurant que la police municipale ne peut rien faire contre cela. Pour le sénateur (PS) René Vandierendonck, auteur d’un rapport sur cette filière en septembre dernier, le reportage de M6 « ne donne pas une image conforme à la réalité des polices municipales ».

Amiens cible des critiques - «Beaucoup d’agents de police municipale ne se reconnaissent pas dans ce documentaire. Il n’y a même rien de valorisant, c’est tout juste caricatural : les agents de police municipale seraient ‘sous-diplômés’ et des frustrés de la police nationale qui sont par défaut en police municipale», résume Emilie Thérouin, l’adjointe au maire d’Amiens et vice-présidente du Forum français pour la sécurité urbaine. «La mobilisation de l’État et de la municipalité est complètement passée sous silence et les efforts fournis se retrouvent balayés d’un revers de main, et ce, en quelques minutes par une émission de télévision, tandis que nous affirmons des missions claires pour les agents municipaux, augmentons les effectifs notamment en doublant ceux affectés dans les postes de quartier, soutenons la professionnalisation et la formation, leur mettons à disposition de nouveaux locaux et renforçons le partenariat avec la police nationale», se défend-elle sur son blog.

Mais ces commentaires ne suffisent pas à certains. «Les plates explications de la grande prêtresse de la sécurité Emilie Thérouin, disciple de Jean Jacques Urvoas, ne font que corroborer selon nous, son manque de lucidité et sa confusion permanente entre médiation sociale et sécurité publique», déplore le SNPM-FO.

Une bien triste réalité - Pour Christian Estrosi, maire (UMP) de Nice, le reportage met en avant «le fossé qui peut exister au sein d’un seul et même corps, celui de la police municipale». De son côté, la CFTC-Police municipale se dit «outrée par ce reportage complètement hors cadre des différentes missions des policiers municipaux». «Les sujets ont été choisis nous le déclarons pour décrédibiliser les agents. Rien n’a été fait sur la formation des fonctionnaires , ni sur les communes rurales.» Et d’ajouter : «Le comble est le reportage sur la police municipale d’Amiens ou les agents laissent repartir un individu ayant commis un délit (mise en danger de la vie d’autrui), mais également le reportage sur Toulouse où Monsieur Havrin continue à faire son calimero suite à la gifle médiatique de l’ancien ministre de l’intérieur.» Accueillant Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, à Toulouse, Jean-Pierre Havrin, un des instigateurs de la police de proximité sous Jean-Pierre Chevènement, avait été fortement critiqué. Le futur président de la République reprochait aux policiers de ne pas assez arrêter les délinquants et de préférer jouer au rugby avec eux.

«Le reportage diffusé par M6 est affligeant pour les uns, caricatural pour d’autres. Si nous regrettons certaines images qui déprécient celle de la profession, il n’en demeure pas moins que ce reportage reflète malheureusement une certaine réalité très souvent dénoncée par le SNPM-FO», insiste le syndicat.

Travailler sur une doctrine d’emploi - Car au-delà des critiques vis-à-vis de l’angle choisi par les journalistes, les questions que soulève le reportage ne sont pas nouvelles. Doctrine d’emploi, armement, relations avec la police municipale, toutes ces problématiques suscitent de longs débats depuis des années. «Ce reportage démontre qu’il est urgent de travailler sur une doctrine d’emploi, ce qui passera par une véritable reconnaissance institutionnelle et une professionnalisation du cadre d’emploi», estime Christian Estrosi. Selon lui, le reportage reflète «l’hétérogénéité de la filière.» Il demande donc au ministre de l’Intérieur de réunir au plus vite la commission consultative des polices municipales qu’il préside afin de poursuivre les travaux commencés en mars 2012 mais interrompus depuis, notamment sur une doctrine d’emploi commune à toutes les polices municipales.

«Une fois de plus nous dénonçons la volonté de certains maires de détourner les policiers municipaux de leurs missions pour ne servir que des intérêts électoralistes ou politiques. Il y a fort à parier que d’ici quelques mois, ces mêmes maires ne jureront que par la sécurité et la police municipale en annonçant des renforts d’effectif, une présence dans les quartiers chauds (souvent sans armes donc inefficaces, comme à Amiens), des véhicules neuf etc.», dénonce le SNPM-FO. «Cet épisode malheureux nous rappelle l’urgence d’une clarification des missions, une évolution du statut (social et réglementaire) et une réelle unification au niveau national. Il est indispensable de doter la police municipale comme les autres forces de sécurité publique d’un organisme d’inspection et de contrôle et de définir une doctrine d’emploi», conclut le syndicat.

Source : www.lagazettedescommunes.com

Partager cet article

Repost 0
Published by sante-securite.over-blog.com - dans A consulter
commenter cet article

commentaires