Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 17:01

Les maladies mentales sont sans doutes parmi les plus difficiles à prendre en charge. Un rapport de la Cour des comptes associé à une évaluation du Haut conseil de la santé publique rendu en fin d’année 2011 s’est penché sur le sujet et plus spécifiquement sur les effets du « Plan psychiatrie 2005-2011 ». Mauvaises notes mais nouvelles perspectives!

Les maladies mentales relevant de la psychiatrie se situent en 3ème position des maladies les plus fréquentes en France. Les difficultés de prises en charge concernent essentiellement l’organisation et l’accès aux soins. Dans notre système, les alternatives à l’hospitalisation demeurent trop peu développées et le chaînage avec les structures médico-sociales est encore défaillant. Ainsi, plus de 10 000 personnes demeurent en service psychiatrique aigu alors que leur état de santé leur permettrait, grâce à une prise en charge adaptée, d'accéder à une autonomie accrue. L'enjeu est de réorganiser les soins, en préservant les bénéfices de leur sectorisation et en renforçant une coordination de proximité. Une politique de redéploiement plus active des moyens hospitaliers au profit des structures extra-hospitalières est donc nécessaire. L’implication des élus locaux était une des recommandations publiées dans les rapports précédents. Leur place s’étend dans le champ du médico-social. Ainsi, les besoins de logement des personnes souffrant de troubles psychiques devaient être inclus dans les financements associés notamment aux plans d’action pour le logement des personnes défavorisées.

 

Orientations pour l’avenir

Les conclusions du rapport 2011 préconisent, en premier lieu, la définition et la mise en œuvre d’une mission de service public visant l'ensemble de la psychiatrie. Cette clarification devrait préserver les acquis de la sectorisation et faciliterait la mise en œuvre de la stratégie de réorganisation et de hiérarchisation de l’offre de soins. En second lieu, il convient de mieux réduire les disparités géographiques (cf. encadré), en renforçant la priorité affectée aux alternatives de proximité. En troisième lieu, la réforme du financement des soins psychiatriques doit être mise en œuvre. Enfin, un accroissement de la recherche et de l'épidémiologie dans ce secteur est préconisé.

Il y a urgence à s’attaquer au problème de la psychiatrie. En effet la spécialité est pressée par de nouvelles problématiques que sont les troubles mentaux consécutifs à la précarité ou encore la psychiatrie gérontologique.

Encadré

Les psychiatres en France

Entre 2000 et 2010, les déséquilibres de répartition des psychiatres sur le territoire se sont accentués. Les écarts vont du simple au décuple entre la Gironde par exemple et ses 21 psychiatres ou les Bouches-du-Rhône (20) et les départements à dominante rurale comme l’Eure ou la Vendée (2 psychiatres). La Guyane n'a aucun psychiatre libéral.

 

Article de "La lettre Santé" écrit par Astrid Charlery

 

En complément à cet article, voici en pièce jointe le plan psychiatrie 2011-2015 (41 pages) au format pdf.

Voir le Fichier : Plan_psychiatrie_2011-2015.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by sante-securite.over-blog.com - dans CARSAT et ARS
commenter cet article

commentaires